Bonjour, c'est en francais
Campement sur bord de mer


Chers membres, aujourd’hui le 15 mai 2024, je vous informe des derniers développements au sujet de votre Nation.

Tout d’abord nous venons d’ajouter un compte Facebook pour donner la chance à nos membres de communiquer ensemble ainsi que toutes personnes de bonnes volontés qui ont à partager la culture des sangs-mêlés.

Les sangs-mêlés de l’Est, est la dénomination de ce dit Facebook. Vous pouvez aussi y accéder sur Google en allant sur notre site : « Nation Métisse Autochtone Gaspésie, … » et en cliquant sur la page d’accueil dans l’onglet à gauche de l’écran et par la suite en cliquant sur l’icône (F) en bleu en bas de page d’accueil.

D’autre part, lundi dernier le 6 mai 2024, j’ai eu une conversation téléphonique avec Me Michel Pouliot au sujet du dossier Parent. Il m’a informé que la décision du juge au dossier est toujours en attente, le juge est en congé de maladie. Alors, que vont-ils chercher d’autres, pour essayer de nous décourager et pour nous démotiver ?

D’autre part, le samedi 11 mai dernier lors de notre réunion du Conseil des Chefs, j’ai eu à faire face aux questions imprévues du Chef, représentant du Nouveau-Brunswick, M. Léonard Bujold.

Selon l’article

122.8. Aucun varia ne peut être ajouté à l’ordre du jours à moins que les administrateurs présents n’y consentent.

Selon l’article

122.9. Tout administrateur peut demander qu’une question soit traitée lors de la prochaine réunion du conseil.

Voilà deux articles très importants pour éviter tout débordement, articles que M. Léonard Bujold doit savoir pour siéger au conseil, réglementation que je lui ai fournie personnellement à deux reprises. La première fois lors de son invitation au conseil en 2022, et pour la deuxième fois lors de son élection en 2023.

Démission du Chef M. Léonard Bujold :

Le samedi 11 mai 2024, j’ai sous signé convoqué le conseil des chefs à 13h30 pour une réunion périodique dans la municipalité de Gascon en Gaspésie.

D’autre part, je précise, que le chef représentant le Nouveau-Brunswick M. Léonard Bujold, est un nouveau membre du conseil des chefs, élu depuis septembre 2023, lors de l’assemblée générale annuelle.

Ce même samedi 11 mai 2024, M. Léonard Bujold convoque en avant-midi le conseil des chefs, en se référant surement à l’article 103.3. de la réglementation de la charte de la Corporation de notre Nation.

Article 103.3. Le conseil d’administration peut se réunir en tout temps pour débattre d’une situation mettant en cause un administrateur et ne pas convoquer ce dernier pour ce faire enfin d’en débattre sans pression indue :

Voilà l’article qui permet aux administrateurs de débattre d’un problème en toute impunité.

Selon cet article, M. Léonard Bujold est en faute, lors du conseil de l’après-midi M. Léonard Bujold lui-même m’a remis devant le conseil réuni, sa démission. Il a demandé aux témoins de cette réunion précédant le conseil officiel. Conseil convoqué par lui-même, selon mes observations et a demandé les signatures des témoins démontrant leurs présences. Sur cette lettre de démission, je vois la signature de M. Réal Sylvestre chef au conseil, je vois la signature de la conjointe de M. Sylvestre, Mme. Suzanne English et celle de M. Éric Parent que nous avons invité à ce conseil à la demande de Me Michel Pouliot. Cependant, je ne vois pas la signature du chef M. Yves Michel qui a pourtant bien déclaré lors du conseil officiel qu’il a assisté à cette dite réunion.

Dans cet évènement, M. Léonard Bujold a commis plusieurs fautes, le chef Jocelyn Rioux n’a pas été convoqué. Après vérification juridique un article de règlement comme l’article 103.3. qui est bien écrit au singulier et précise (ne pas convoquer ce dernier) M. Jocelyn Rioux chef au conseil doit être convoqué et il n’y a pas été convoqué, il y a là, faute.

D’autre part, M. Éric Parent est un invité au conseil officiel, il n’est pas autorisé par règlement, à assister à aucun débat concernant un administrateur en fonction, élu par les membres, il y a là, faute.

D’autre part, selon l’article

130.2. Le conjoint d’un administrateur en poste, marié devant l’Église catholique ou anglicane ou civil ou autrement ou encore le conjoint de fait depuis trois ans, ne peut siéger à un conseil à un poste d’administrateur durant le même mandat;

M. Léonard Bujold a une autre fois commis une faute dans ces évènements et dans l’exercice de ces fonctions, la preuve Mme. Suzanne English a été invité à ce conseil et a signée la lettre de démission de M. Léonard Bujold, alors que l’article 130.2. ne l’autorise pas à représenter un chef, tout comme M. Éric Parent, selon l’article 130.3. de notre réglementation.

Vous comprendrez que le conseil des chefs du samedi 11 mai 2024 a été assez mouvementé. Après la lecture de l’ordre du jour à l’article 2 qui comprend les états financiers de ladite ordre du jour M. Léonard Bujold a pris la parole d’un ton des plus embarrassant en haussant la voix à de multiples moments pour des banalités.

Je dois préciser qu’il est de rigueur que lors de la préparation des ordres du jour des conseils, je précise toujours aux chefs, et ce depuis mon premier mandat en 2008 à la chefferie aux conseils des Chefs de m’appeler ou de m’écrire s’ils ont des demandes spéciales ou des sujets à discuter ou à développer lors du conseil.

Cela dit, ma lettre est déjà assez longue comme cela, je vais vous épargner les démêlés qui n’étaient pourtant pas à l’ordre du jour et qui auraient été facilement évitables en demandant verbalement ou par lettre les sujets à être développés, ou incompris, pour M. Léonard Bujold. Vous comprendrez que lorsque M. Léonard Bujold m’a présenté sa lettre de démission lors du Conseil des Chefs officiel, que j’ai accepté cette lettre de démission.

Comme je l’ai toujours dis dans ma vie, je n’ai pas besoin de ce genre de démêlés, alors qu’il est si facile de demander par écrit des précisions peu importe nos attentes. Je me ferai toujours le plaisir d’y répondre, bien entendu selon notre charte et ces règlements au sujet de notre Nation.

D’autre part, M. Léonard Bujold n’avait pas à créer ce genre de conflit, il a eu à maintes reprises l’occasion de préciser ces demandes et ces préoccupations au conseil et à moi-même. Il m’aurait fait plaisir de faire les démarches pour répondre à ces préoccupations.

Benoît Lavoie
Grand-Chef,
Nation Métisse du Soleil Levant